Menu

Cornwall, Ontario : le nouvel Hollywood du Nord?

By Bob Peters
November 16, 2010

 

L'article suivant a été rédigé par Frank Armstrong comme article spécial pour Globe and Mail. Il a été publié le lundi 15 novembre 2010.

 

À l'intérieur d'un entrepôt quelconque dans un petit parc industriel de Cornwall, en Ontario, un ingénieur du son dans un studio d'enregistrement aux lignes pures insère des effets sonores dans une publicité télévisée pour une boutique de guitares de la région d'Ottawa. Dans un bureau d'une salle voisine, un jeune homme s'assoit à son ordinateur où il retouche la même publicité, qui sera bientôt diffusée sur CTV.Chacun des deux hommes dirige sa propre entreprise, mais ils collaborent sur un projet pour lequel aucun n'a les compétences ou le matériel sophistiqué pour le réaliser seul, grâce aux studios audiovisuels modernes qu'ils louent chaque mois, avec plus d'une douzaine d'autres artistes, de leur propriétaire charismatique, Mark Owen.

 

« Notre devise est nous grandissons en soulevant tous les autres, » déclare M. Owen, le fondateur et propriétaire de DreamBuilderStudios.

 

Travaillant avec un groupe de gens d'affaires créatifs comme lui dans sa communauté, M. Owen a pris sous sa tutelle des douzaines d'artistes pour des productions locales au cours des quelques dernières années. Il leur loue chaque mois des locaux et, en échange, ils travaillent ensemble sur des projets dont ils ne pourraient pas s'emparer tout seuls.

 

Tout cela fait partie de l'ambitieuse vision de M. Owen d'aider Cornwall à devenir l'Hollywood du nord-est pour l'Amérique du Nord.

 

Cela pourrait se produire.

 

DreamBuilderStudios et six des entreprises qu'il a pris en tutelle ont récemment conclu la production par une équipe de 65 membres d'un projet pilote de comédie de situation que la société espère vendre à la télévision de Radio-Canada. Si la comédie de situation est retenue par Radio-Canada, Cornwall pourrait perdre sa réputation de ville de fermetures d'usines et être maintenant connue pour ses arts créatifs et sa production d'émissions de télévision et de films.

 

DreambuilderStudios fait partie d'un nombre croissant d'incubateurs de création artistique émergeant partout au Canada, alors que les économistes adoptent l'idée que la prospérité réside dans le développement de noyaux économiques innovateurs et que les communautés rurales continuent d'agir pour contrer les répercutions de la migration des emplois vers des pays aux coûts de travail moindres.La CABI (Canadian Association of Business Incubation ou association canadienne pour l'incubation d'entreprises) peut nommer environ 150 incubateurs au Canada, dont 12 sont spécialisés dans le développement d'entreprises de création artistique.

 

Bien que des incubateurs de création artistique existent depuis des décennies au Canada, la plupart d'entre eux sont financés par des organisations sans but lucratif financées par le gouvernement, selon Michael Donahue, un membre du conseil de l'association.

 

M. Donahue s'attend à voir le nombre d'incubateurs de création artistique continuer d'augmenter.« Les dirigeants de communautés cherchent des façons de soutenir leurs économies locales, ils cherchent des entreprises qui n'ont pas besoin nécessaire d'un investissement important et ils cherchent à exploiter les énergies et les talents des gens qui vivent dans leurs communautés, » déclare-t-il.

 

En même temps, tous les niveaux de gouvernement reconnaissent la valeur potentielle des incubateurs de création artistique et ils offrent davantage d'argent pour ces entreprises.

 

Deux des incubateurs de création artistique les mieux connus sont le Toronto Fashion Incubator, une organisation sans but lucratif, et le MaRS Discovery District au centre-ville de Toronto.

 

Le Toronto Fashion Incubator a offert des ressources, des services de tutelle et un appui commercial à des créateurs de mode en herbe depuis 1987. Le MaRS Discovery District a ouvert ses portes en 2000 et héberge plus de 2 000 travailleurs dans les secteurs de la science et de la technologie. Il donne aux entrepreneurs accès à des capitaux d'appoint et à des talents, à des réseaux de clients et de partenaires, à des programmes de mentorat et à des cours de formation dans le développement des affaires.

 

Il existe plusieurs incubateurs de création artistique dans l'Ontario rural : à Stratford, Haliburton, St. Catharines, à Bancroft et à Pincton, où un autre incubateur d'entreprises de production de films et d'émissions de télévision s'est implanté. Contrairement à DreamBuilderStudios, ces initiatives sont toutes financées par le gouvernement.

 

Les incubateurs de création artistique fonctionnent sur un grand nombre de modèles opérationnels, mais les versions privées sans but lucratif génèrent souvent des revenus en facturant des loués modérés pour un espace de bureau, des possibilités de mise en relation professionnelle, des services partagés et souvent, des programmes de mentorat.

 

Ils collaborent aussi sur des projets plus importants comme le font les artistes-entrepreneurs chez DreamBuilderStudios. Les entrepreneurs de Cornwall comprennent des producteurs d'émissions de télévision et de films, des ingénieurs du son, des artistes du maquillage, des graphistes et une compagnie de création de plateaux.

 

« C'est le modèle de production d'Hollywood, » déclare Kevin Stolarick, un expert de l'économie de création et le directeur de recherche pour The Martin Prosperity Institute de la School of Management Joseph L. Rotman de l'University of Toronto.

 

« Vous rassemblez tout le monde pour une seule production, mais dès que ce projet est terminé, tout le monde se sépare et travaille sur un nouveau projet, » déclare Prof. Stolarick.

 

Le modèle fonctionne bien tant que les personnes clés sont disponibles pour chaque projet, selon lui.Pour l'instant, ça fonctionne pour DreambuilderStudios. L'entreprise a récemment commencé à faire un bénéfice sur ses locations et ses propres vidéos commerciales de production.

 

Mais, comme le suggère la production de la comédie de situation, DreamBuilderStudios a des rêves beaucoup plus grands et une expansion est déjà planifiée.

 

L'entrepôt de 20 000 pieds carrés est actuellement occupé par son locataire-clé, Indie Guitars. Il s'agit d'un fabricant mondial de guitares fondé au R.-U., qui a récemment déménagé son siège social à Cornwall après que M. Owen a investi dans la société.

 

Dans le bâtiment, on trouve aussi Fishrizzo Productions, qui a coproduit avec DreamBuilderStudios la comédie de situation, un fabricant d'amplificateurs, une société de production d'émissions de télévision, un studio d'enregistrement audio et un transformateur de métaux, ce qui s'avérera bien pratique pour les besoins de construction de plateaux.

 

Prof. Stolarick dit qu'il y a certainement un potentiel de croissance pour les entreprises de création artistique dans les petites communautés comme Cornwall, mais qu'il est limité.

 

« Initialement, il sera facile d'attirer des talents, mais vous allez rapidement épuiser la source locale et le nombre de personnes qui veulent vivre à Cornwall, » déclare-t-il.

 

Bien que l'offre d'un service Internet à bande large à Cornwall permette aux entreprises de hautes technologies d'opérer dans la petite communauté, de nombreux entrepreneurs aiment vivre dans des villes plus grandes, où ils sont plus proches physiques des débouchées et de leurs réseaux, selon lui.M. Owen, qui a rapidement créé puis revendu deux entreprises extrêmement prospères, y compris une fabrication de doublures de caisses de camionnettes en Australie, qui employait plus de 130 travailleurs, est imperturbable.

 

Il est confiant dans le fait que, un jour, Cornwall, ou au moins l'est de l'Ontario, deviendra le nouvel Hollywood du nord-est de l'Amérique du Nord, qu'il en sera un des moteurs.« Ça va se produire. » dit-il.

 

Category: Commerce