Menu

L'ancienne propriété de Domtar est à vendre

By Bob Peters
December 31, 2008

L'ancien moulin Domtar est désormais officiellement sur le marché.

Décrite comme « l'une des possibilités de développement du front d'eau les plus importantes de tout l'Est de l'Ontario », cette imposante propriété industrielle a été mise sur le marché en trois parcelles distinctes par Re/Max Cornwall Realty.

La parcelle « A », un site de deux acres constitué de l'ancienne cour à bois de Big Ben, est cotée à 300 000 dollars. La parcelle se situe juste à coté d'un site de 15 acres où la ville souhaite construire un complexe sportif.

La parcelle « B », l'ancien parc de stationnement du moulin, au nord de la Deuxième rue (15 acres au total), est estimé à 1,35 millions de dollars (90 000 par acre).

Les deux parcelles sont décrites comme des sites de développement commercial dans les référencements.

Le site du moulin principal de 75 acres au sud de la Deuxième rue, enregistré en temps que « parcelle C », est inscrit comme site de développement à utilisation mixte avec un cours vendeur de 6,75 millions de dollars (90 000 $ par acre).

La parcelle ne s'étend pas directement jusqu'au bord de l'eau puisque Seaway possède le front d'eau le long du canal.

L'entreprise régionale Paris Holdings a acheté la propriété du moulin à Domtar au mois de septembre 2006 pour la somme de 4 millions de dollars. Les travaux de démolition dure depuis.

Terry Landon, le courtier de Re/Max Cornwall, précise que la propriété a été officiellement cotée il y a quelques semaines et présentée lors d'une conférence renommée sur l'aménagement de terrain à Toronto, plus tôt dans le mois. Tom Landon, qui a participé à la conférence avec les représentants officiels de la ville et de l'équipe de Cornwall, a indiqué qu'environ 20 parties avaient pris les brochures et poser des questions à propos de la propriété lors de la conférence.

M. Landon affirme que la vente pourrait prendre du temps, mais qu'il pensait que cela se ferait étant donné le potentiel du site.

Il ajoute que ce site est parfait en termes de possibilités d'aménagement.

Le site principal du moulin semble être le plus prometteur aux vues de sa taille et de sa proximité avec la rivière, l'avenue Brookdale et la Deuxième rue et de l'éventuelle traversée possible grâce au nouveau pont à bas niveau. Cependant, certaines interrogations concernant la parcelle de terrain, ou plutôt ce qu'il y a dessous, subsiste.

Selon Tom Landon, la contamination de l'ancienne cour à bois et du parc de stationnement, si elle existe, est minime au nord de la Deuxième rue. Cependant, il est nécessaire de procéder à de nouveaux travaux souterrains sur le site du moulin.

Pour le moment, Tom Landon confie que le projet vise à laisser trois structures intactes sur le site principal du moulin : l'entrepôt de 15 000 pieds carré qui faisait partie du centre de recyclage des cartons, l'édifice principal des bureaux sur trois étages et la chaufferie près du canal. D'après M. Landon, la chaufferie dispose d'une vue imprenable et serait parfaite pour un condominium ou un hôtel-boutique.

Il ajoute que l'édifice est littéralement perché sur l'eau.

Les dessins préliminaires du concept préparés pour l'exposition de Paris montrent le site principal du moulin développé en parcs publics, zones résidentielles et éléments commerciaux.

Tom Landon précise qu'il est possible que les terrains soient achetés tel quel par un promoteur qui pourrait profiter des divers subventions et programmes d'incitation fiscale offerts par le biais du plan stratégique de redéveloppement des friches industrielles de la ville. Cependant, le scénario le plus probable serait qu'un promoteur intéressé s'engage à acheter le terrain après qu'il ait été nettoyé jusqu'à répondre à une certaine norme.

Tom Landon croit que le futur du site s'éclaircira une fois les problèmes actuels liés à l'environnement réglés.

De plus, tout site peut être déclassé. Tout dépend du coût et du rendement. M. Landon ajoute que la propriété Domtar représente une opportunité de rendement intéressante.

Pour le maire Bob Kilger la cotation de la propriété sur le marché est un pas en avant. Le redéveloppement du site ne se fera pas en un jour.

Il s'agit là d'une propriété d'envergure et le contexte économique doit être pris en compte.

Bien que le projet soit loin d'arriver à terme, Bob Kilger est heureux des heureux effectués au niveau du site.

Pour lui, il s'agit d'un bien immobilier important de la ville.

La ville envisage d'acheter 15 acres sur le site de la cour à bois pour le complexe sportif prévu à un prix de 1 275 millions de dollars (85 000 dollars par acre). La transaction, dépendante des conditions environnementales, prendra officiellement fin au mois d'août.

Cette article a été rédigé par Kevin Lajoie et a été, à l'origine, publié dans le Standard-Freeholder, le 30 décembre 2008.

Category: Commerce