Menu

L’artiste renommé Pierre Giroux est de retour à Cornwall

By Bob Peters
June 6, 2014

Cornwall, Ontario – Pierre Giroux est retourné à Cornwall afin d’ajouter un peu de couleur à sa ville natale, un coup de pinceau à la fois.

Cet artiste accompli a récemment exposé quelques-unes de ses œuvres à l’OBO Studios, et on s’est rapidement passé le mot. Des amateurs fanatiques ont assailli le studio au centre-ville et quelques heures plus tard, plusieurs peintures étaient déjà vendues.

« C’était une très belle soirée, et c’était agréable de revoir tant de vieux amis et de visages familiers », dit M. Giroux.

Pendant les 15 dernières années, M. Giroux s’est spécialisé dans la peinture d’intérieurs de vieilles maisons, où l’architecture et les jeux de lumière semblent réveiller les souvenirs et les émotions se rattachant à l’endroit. On peut se procurer ses œuvres à la très respectée West End Gallery, située à Victoria et à Edmonton.

M. Giroux est né et a grandi à Cornwall, a fréquenté l’école secondaire La Citadelle puis a étudié à l’Université de l’École d’art et de design de l’Ontario afin de parfaire son talent artistique naturel. Durant sa dernière année d’études, il est allé, avec quelques camarades de classe, à Florence, en Italie, afin d’étudier et de sentir l’environnement qui a inspiré tant d’artistes.

« Nous étions là pour découvrir quel genre d’artiste nous étions, se rappelle-t-il. Il n’y avait pas meilleur endroit pour ça. »

Lorsqu’il s’est finalement trouvé à court d’argent, il est retourné vivre à Cornwall. Les deux années qui ont suivi, il a développé ce qui est devenu sa signature, un style qu’il a défini en visitant de vieilles maisons à Cornwall et dans les environs et en esquissant pendant des heures. Malheureusement, il est difficile de gagner sa vie en tant qu’artiste. Il a donc décidé de retourner à l’école pour entreprendre des études en animation au collège Sheridan. Pas plus de deux ans plus tard, l’amour et le hasard l’ont conduit sur la côte Ouest où il a, peu de temps après, créé un engouement partout au Canada et au-delà.

« Exposer ses œuvres dans les galeries peut susciter une demande continue de créer d’autres peintures, et j’ai été très occupé depuis les 15 dernières années », ajoute M. Giroux. Sa grande famille canadienne-française a suivi sa carrière de près depuis Cornwall, et la distance qui le séparait d’elle a fait naître en lui le désir de retourner à ses racines.

« Ma famille est tissée serrée et est très divertissante. C’est bien d’être de retour chez soi. »

Il est bien plus abordable d’habiter à Cornwall qu’en plein cœur de Vancouver. De plus, cette ville possède un passé légèrement plus ancien. M. Giroux s’est récemment joint à l’équipe du Musée communautaire de Cornwall afin de créer une série de plaques d’interprétation qui célébreront le patrimoine de Cornwall. La maison de 1840 qui abrite le musée est située dans le parc Lamoureux et est une source d’inspiration en soi et pour soi.

« C’est un magnifique bâtiment qui m’inspire déjà deux ou trois idées de peintures. »

M. Giroux travaille actuellement sur quelques commandes de portraits, un format sur lequel il a peu travaillé ces 20 dernières années. En outre, il s’inspire de la beauté naturelle de la campagne à Cornwall et dans les environs, et il vient d’achever le premier d’une série de paysages.

Lorsqu’un artiste ayant habité à Florence et à Vancouver voit la beauté dans Cornwall, ça veut tout dire sur la région.

Vous pouvez suivre Pierre Giroux sur Facebook.

Category: Culture et loisirs